Le départ volontaire permet à une personne qui est par ailleurs démontable de quitter le pays à ses propres frais dans un laps de temps désigné, afin d`éviter une ordonnance définitive de renvoi. 1 Toutefois, le départ volontaire n`est pas disponible dans tous les cas. 2 au cours des quatre derniers exercices, dans environ 40% des cas où l`étranger a obtenu un départ volontaire avec un autre ordre de renvoi, les étrangers ont déposé des pétitions pour examen auprès des tribunaux d`appel. Le départ volontaire est prévu comme un avantage pour l`étranger et le gouvernement, fonctionnant comme un accord par lequel les deux parties reçoivent des prestations. Chedad, précité. Comme le péage pendant la durée d`une motion de réouverture, la suspension de la période de départ volontaire et l`obligation de l`étranger de s`écarter, pendant la validité d`une requête en révision, prive le gouvernement de l`une des principales considérations de la sous-jacente accord de départ volontaire — un départ rapide sans les frais considérables de litiges prolongés. En outre, les retards imputables à la validité du contrôle juridictionnel entraînent fréquemment une prolongation de la période autorisée pour le départ volontaire beaucoup plus longtemps que les retards imputables au dépôt de requêtes administratives auprès de la Commission, dans certains cas deux ou trois ans supplémentaires avant que l`étranger ne soit obligé de partir. Le départ volontaire “est un privilège accordé à un étranger en lieu et place d`une expulsion”. Iouri v.

Aschroft, 487 F. 3D 76, 85 (2d Cir. 2007), PET. pour CERT. filed, no 07-259 (22 août 2007) (citant Ballenilla-Gonzalez c. INS, 546 F. 2d 515, 521 (2d Cir. 1976)). C`est “un accord sur l`échange des avantages entre l`étranger et le gouvernement.” Banda-Ortiz c.

Gonzales, 445 F. 3D 387, 389 (5e Cir. 2006), CERT. refusée, 127 S. CT. 1874 (2007). Ce quid pro quo offre à un étranger “un avantage spécifique — exemption des barreaux ordinaires à l`allégement — en contrepartie d`un départ rapide sans frais pour le gouvernement.” ID. à 390 (citant Ngarurih c. Ashcroft, 371 F. 3D 182, 194 (4e Cir. 2004)). Lorsque vous choisissez de demander un départ volontaire, l`étranger accepte de prendre tous les avantages et les charges de la loi ensemble.

Ngarurih, 371 F. 3D à 194. Afin d`obtenir un départ volontaire à la fin de la procédure d`éloignement, un étranger doit établir au juge de l`immigration, par des preuves claires et convaincantes, qu`il est à la fois disposé et capable de partir volontairement. Voir, par exemple, 8 U.S.C. 1229c (b) (1) (D); 8 CFR 1240.26 (c) (1) (IV). Souvent, cela implique l`étranger qui témoigne sous serment qu`il ou elle a l`intention de quitter les États-Unis dans le délai spécifique imparti, qu`il ou elle a les moyens financiers de quitter les États-Unis, et qu`il ou elle a les documents nécessaires-tels comme passeport valide — pour ce faire. Voir 8 CFR 1240.26 (c) (3). Les lois sur l`immigration prévoient qu`un étranger peut demander et recevoir une subvention de départ volontaire dans certains cas; une telle subvention permet à un étranger de partir volontairement pendant une période déterminée après la délivrance de l`ordonnance, au lieu d`être enlevé en vertu d`une ordonnance de destitution. Le départ volontaire est un accord sur l`échange des avantages entre l`étranger et le gouvernement qui fournit des avantages tangibles pour les étrangers qui partent pendant le temps autorisé.

Cependant, il y a de sévères sanctions légales pour les étrangers qui ne partent pas volontairement pendant le temps imparti pour le départ volontaire. Cette règle proposée modifierait le règlement du ministère de la justice concernant le départ volontaire pour permettre à un étranger de choisir de déposer une motion de réouverture ou de réexamen, mais aussi de prévoir que le dépôt par l`étranger d`une motion de réouverture ou de réexamen avant l`expiration du délai de départ volontaire aura pour effet de résilier automatiquement l`octroi du départ volontaire.